Liberté, Égalité, Gratuité Vincent Ricarrère

Pour son deuxième forum public de préparation des élections municipales de mars 2014, le Front de Gauche de Tarbes a invité le 28 septembre dernier Antoine Di Ciaccio, vice-président de la Communauté d'Agglomération d'Aubagne, qui est venu parler de leur expérience de mise en place de la gratuité des transports en commun.

L'agglomération d'Aubagne (FdG) a instauré la gratuité totale pour tous en 2009 : elle a été financée intégralement par la hausse du versement transport, taxe acquittée par les entreprises, et n'a donc pas coûté un euro de plus aux contribuables. Les entreprises ont été également gagnantes, car cela a eu un impact très positif pour leurs salariés, qui ont pu bénéficier de la gratuité pour se rendre sur leur lieu de travail, dans le cadre d'une modification des Plans de Déplacement d'Entreprise.

La gratuité a entraîné une hausse de la fréquentation des bus de 180% en 4 ans, dont 100% au bout d'un an seulement. Les hausses les plus importantes ont concerné les lignes desservant les zones populaires ; on a notamment observé un engouement extraordinaire chez les jeunes. Grâce à cette mesure, la population s'est réapproprié le centre-ville. La gratuité a également permis de réduire les tensions qui peuvent exister dans les bus, liées aux fraudes, à la manipulation d'argent...

Une part conséquente (20 à 30%) des nouveaux utilisateurs des transports en commun utilisaient auparavant la voiture : avec la diminution du nombre de voitures en ville, les chaussées sont beaucoup moins détériorées, et le rejet de CO2 a connu une baisse importante.

La gratuité totale des transports en commun de l'agglomération tarbaise sera un élément majeur du projet que nous allons proposer dans le cadre des municipales de mars prochain. Elle doit aussi s'accompagner d'une amélioration de l'offre de transport, qui aujourd'hui ne répond pas aux besoins d'un nombre important d'usagers. Elle va nous obliger à repenser la place de la voiture dans la ville : création de parkings-relais pour que les automobilistes laissent leur véhicule à l'extérieur de la ville, développement de véritables pistes cyclables, piétonisation de certaines rues du centre-ville afin de le redynamiser,...

Au-delà des aspects sociaux (gain de pouvoir d'achat), écologiques, économiques, et en plus de permettre à tous la liberté de déplacement, la gratuité est un choix de société : nous faisons nôtre cette phrase d'Antoine Di Ciaccio : «Ce qui est sans prix n'est pas sans valeur».